Inconnus du web, influenceurs ou blogueurs, ils ont été contaminés par le syndrome du « running addict ». Vous en connaissez probablement une bonne partie, mais connaissez-vous vraiment les raisons qui les ont fait commencer ? Aujourd’hui Jérémy, auteur du blog Faster Today, a voulu réunir le récit de ces personnes.

Vous êtes prêts ? Alors chaussez vos baskets,  on vous promet une bonne dose d’inspiration!

Margaux – La route de la forme

Addict running

J’ai perdu du poids, suite à ça, j’ai commencé à courir. Je me souviens de la première fois que je suis allée courir, c’était en hiver, il faisait froid dans les rues de Paris et le sol était glissant.

Pour cette première fois, j’avais un seul objectif en tête : courir 5km sans m’arrêter, et ce en moins de 30 minutes. Bien sûr, j’ai échoué, mais cet échec n’a pas entaché ma détermination.

A force d’entraînement, j’ai finalement réussi à courir mon premier 5km en 26 minutes. Ça n’a l’air de rien, mais j’étais aussi contente qu’une gamine qui voit le père Noël pour la première fois. Il n’y a pas de petite victoire.

3 ans après,  j’ai découvert et me suis passionné pour le HIIT (entraînement fractionné de haute intensité). Je cours en alternant les sprints et les moments plus calmes, cela se rapproche beaucoup du fractionné « classique ». En dehors du HIIT, je ne suis pas ce qu’on pourrait appeler une grande runneuse, et même pour mes préparations Triathlon, je ne fais plus vraiment de sorties longues. »

« Si je devais mettre des mots sur mon expérience de la course, je dirais que courir est pour moi un vrai moment de liberté dans ma journée. C’est le moment, où je peux m’évader et respirer, c’est une aventure que je ne regrette jamais. »

Courir ce n’est pas seulement une activité sportive, c’est un mode de vie, le vecteur de valeurs fortes que j’aime transmettre sur mon blog.

Marine Leleu #mulot

running addict
J’ai toujours été sportive et dynamique, mais n’ai jamais été une runneuse à proprement parler. Pourtant, à la recherche d’un nouveau défi, je me suis finalement lancé le défi de courir plus régulièrement, de m’investir dans cette discipline, de participer à des courses, avec pour objectif de me dépasser encore plus.


Je me suis donc mise petit à petit à la course à pied, débutant par de petites sorties et de petites distances. Et c’est très vite devenu addictif ! Comme j’en veux toujours plus, j’ai fini par aller plus loin encore, et me suis fixé comme objectif de finir un Ironman. C’est chose faite, désormais!

« Aujourd’hui  je rêve de défis encore plus grandioses. La course à pied, c’est addictif, mais c’est surtout une porte vers d’autres challenges… »

Retrouvez toutes les vidéos de Marine Leleu, sur sa chaîne Youtube. 💪

Yoann Exohealthfit


J’ai repris la course à pied seul en 2013, ayant du prendre mon mal en patience à la suite d’un accident de moto. Quand ton corps ne peut plus faire quelque chose de basique, tu fais tout pour retrouver cette capacité. Tu te challenges constamment. Pendant un temps, j’étais néanmoins cantonné à la marche…  😢

Après de longs mois  de rééducation et passés à me renforcer musculairement, j’ai repris le foot et là, nouvelle blessure et des mois d’efforts de perdus. Je n’ai pas abandonné, j’ai repris le renforcement, la rééducation, puis une fois ces étapes passées, j’ai commencé à chercher une communauté, car c‘était assez démotivant d’être seul.

« C’est bien plus excitant de courir à plusieurs. C’est à ce moment que j’ai découvert Jogg.in et depuis, j’ai de nombreux partenaires de courses. »

Ce qui pousse à continuer, c’est l’amour de la vie, des paysages, des gens que tu rencontres, des sourires, des montées d’adrénaline, des défis que tu te lances chaque année. C‘est devenu, mon quotidien, une grande partie de ma vie…

Mon objectif: partager ces moments et sensations de running! Retrouvez moi sur mon blog 😉

running addict

Lula Morales

J’ai commencé à courir parce que j’étais en surpoids. Comme un coureur sur deux dans ma bande de potes. C’est ensuite devenu une habitude, une partie intégrante de ma vie.

« Courir, c’est une hygiène de vie, un moment propice aux rencontres et de fun entre amis, une source de gratification quand je relève des défis. »

running addict

Jynay – « Running Addict »

running addict

 

Il y a deux ans, ne pas louper le métro était bien la seule chose qui pouvait me faire courir, comme quoi, tout peut changer…


J’ai commencé le running à Paris, ne pouvant plus monter à cheval aussi souvent qu’en province, il fallait que je me trouve une échappatoire peu coûteuse. Il faut dire qu’étant petite, je détestais courir, les cross de l’école me rendaient malade. Je me faisais donc violence pour battre le pavé parisien.

 

« Quelques semaines plus tard, lorsque ma meilleure amie m’a lancé le défi de courir le marathon du Luxembourg en équipe, les sorties ont tout à coup commencé à prendre du  sens. Aujourd’hui, je n’imagine plus ma vie sans la course à pied. »

Jynay Wonderwall 

Sélim Niederhoffer 

running addict

J’ai toujours couru. En parallèle, j’étais dans un club de foot.. Arrivé à Paris, les matchs de foot se sont espacés et quand j’ai repris les sessions, en Urban cette fois-ci, je me suis aperçu que je manquais de cardio.


Sans coeur ni souffle, on manque de lucidité et donc d’efficacité sur le terrain. Comme je n’aime pas jouer gardien de but, mais attaquant (😉), je suis allé m’acheter une paire de baskets pour courir. J’ai décidé ensuite de rejoindre la team voisine la plus proche: l’ Adidas Runners Champs Elysées (ex-Boost Champs Elysées). Depuis, je vais courir régulièrement. »

 

Emmanuelle Vernay – Life Explorer

‘Le running, ça n’a jamais été une fin en soi. Moi j’aime la montagne, la montagne avec un grand « M », dans toute sa grandeur, sa technicité et sa difficulté, toutes activités confondues.

Je suis tombée amoureuse de la montagne il y a près de 3 ans. J’ai du partir de zéro. J’ai appris progressivement à randonner, à skier, à grimper…Définitivement, on ne s’improvise pas montagnarde du jour au lendemain! Avec mon passé d’asthmatique et surtout de citadine inactive, je me retrouve rapidement à cracher mes poumons et à me faire doubler allègrement par les petits retraités dans toutes mes sorties montagne.  😞

running addict

J’ai toujours détesté le running. Et contrairement à ce qu’on peut lire dans la plupart des témoignages, ça n’est pas devenu addictif  instantanément en ce qui me concerne. Mais un jour, ça m’a pris. J’en ai eu marre d’avoir honte de mes capacités physiques, d’être le boulet des sorties en montagne, de voir mes partenaires devoir m’attendre et me proposer leur aide. Alors j’ai repris mes vieilles baskets et depuis, je cours régulièrement.


Je cours toujours avec en tête un seul et même objectif: pouvoir être dans mon paradis montagnard sans cracher mes poumons comme un sanglier centenaire. Je pars de loin. La route est encore longue avant d’être ne serait-ce qu’un peu moins à la ramasse, mais la motivation est bien présente !


« Chaque battement de cœur gagné est pour moi une incroyable victoire, qui me pousse à continuer semaine après semaine. »

Arno Michel

J’ai recommencé à courir il y a 18 mois suite à une rupture. J’ai eu besoin de prendre du temps pour moi, de retrouver de l’estime et de réapprendre à créer des liens sociaux. Après quelques séances chez le psy, je me suis souvenu qu’il y a 15 ans de ça, quand j’étais encore jeune et beau (!), je courais avec une bande de copains, que je me débrouillais bien, et que c’était hautement sympathique et stimulant.

running addict

Running addict

J’ai donc rechaussé mes chaussures de running un soir de janvier 2015 pour un run dans la douleur et d’à peine 5 km. Après quelques runs solitaires et introspectifs, j’ai retrouvé un petit rythme et l’envie de me sociabiliser. Grâce aux réseaux sociaux, j’ai trouvé sur jogg.in plusieurs groupes de running sur Paris. J’ai alors commencé à courir avec la BoostBirHakeim et la BoostOdéon en avril 2015.


« Je cours désormais environ 200 km par mois avec plaisir et fierté, seul ou en groupe. »

Charlotte – TheFitnessTheory

running addictJ’ai toujours été la dernière en sport. Jusqu’à me faire dispenser au bac, par pure fainéantise. À 20 ans, j’ai réalisé que j’avais 10kg de trop, aucun muscle et aucun accomplissement physique dont je pouvais être fière.


J’ai commencé le sport en salle, appris à manger mieux et j’ai finalement perdu 20kg. La course était franchement ma bête noire.
Et puis un jour, au lieu de me trouver une énième excuse, j’ai décidé que moi aussi, je pouvais faire partie de cette grande famille de runners. En allant courir 10min, puis 20min, puis 30 etc…


Quand on a jamais couru de sa vie, chaque étape est une victoire. Depuis, je cours tous les matins. Je dois partir vers 5h30, avant qu’il ne fasse trop chaud (un des désagréments de la vie à Singapour), mais courir me vide la tête et me permet de commencer la journée en étant sûre d’avoir été active.


« Je ne suis pas la plus rapide, ni la plus endurante. Mais je fais ça pour moi, et j’espère qu’un jour, j’irai courir un ultra-trail avec mon frère. Mieux vaut viser haut, non ? »

Anne-Sophie – le carnet d’anne-so

running addict

 

J’ai commencé à courir parce que c’était pour moi un moyen simple et gratuit de faire du sport à Paris. Mais aussi pour me prouver que j’en étais capable. Ma motivation était telle que j’allais même courir à 6h30 du matin avant d’aller au boulot! J’en étais tellement fière que j’en parlais à tout le monde ! 💪  J’arrivais au bureau avec le teint rose et la sensation d’être une super woman. 👊

« Puis je me suis rendue compte que mes journées étaient meilleures les jours où je courais, j’étais plus zen, je dormais mieux le soir, je me sentais mieux en général ! Ce qui est bien avec la course à pied, c’est qu’on progresse finalement assez vite. J’ai réussi à courir mes premiers 5 km et maintenant j’arrive à en courir presque 10. Youhou 😃 ! »

Cerise sur le gâteau, ayant couplé mes footings à quelques séances de renforcement musculaire, j’ai vu doucement mes muscles se dessiner, et ça c’est le pied (et c’est le cas de le dire 😉).

Ces témoignages vous inspirent ? Vous hésitiez encore à enfiler une paire de running? Peut-être que c’est enfin le moment ! 😉

Comme vous l’aurez compris, chacun d’entre nous démarre le running pour une raison qui lui est propre, mais pour beaucoup, nous continuons par passion, équilibre, détermination, quête de bien-être …
Le syndrome du « running addict » peut toucher tout le monde, donc attention à vous, vous pourriez bien être surpris 😉 

Et pour trouver d’autres coureurs passionnés avec qui partager vos sessions running, il y a l’application Jogg.in… ! 

A bientôt ! #LaTeam Faster Today 👍

The following two tabs change content below.

Benoist Jean-Philippe

Derniers articles parBenoist Jean-Philippe (voir tous)